photographismes et autres… au château de Kerdurand du 4 au 23 juillet 2017



Yves Jousse est peintre. Il vit en Saintonge et en Inde et travaille -avec ses fusains, ses pastels secs, ses encres- le paysage, les reflets sur les eaux… A découvrir, à l’étage du château de Kerdurand..
Jean-Michel Le Claire est photographe. Dans son labo de Port-Louis, il travaille l’argentique avec un révélateur appliqué au pinceau. Thèmes préférés : la vague, l’arbre, le feuillage… A l’étage aussi.
Quant aux « Photo/graphismes », installés au rez-de-chaussée, il s’agit ici d’un travail à quatre mains. Sur ce thème de la nature et de la lumière, dans des séries obsessionnelles (« Echouages », « Submersion », « Arborescences »), Yves Jousse prolonge comme en miroir les photographies de Jean-Michel Le Claire. Une écriture double: l’une naît du regard du photographe, l’autre est tracée par le peintre. Ainsi la photographie semble précipiter quelque chose au delà d’elle même, ce quelque chose que le peintre reconstitue, comme un manque…

Tous les jours de 14 à 17h30. Le dimanche de 15 à 18h.
Vernissage le vendredi 7 juillet 17h


 

Tous les jours de 14 à 17h30. Le dimanche de 15 à 18h.
Vernissage le vendredi 7 juillet 17h

 

« ARBORESCENCES », au Cloître des Carmes à Jonzac.

A Jonzac, en Charente Maritime, le Cloître des Carmes accueille jusqu’au 19 novembre l’exposition « Arborescences ». Deux grandes salles et deux petites abritent deux séries de mes tondi, et une série des photographies de Jean-Michel Le Claire et une série de »photographismes » (rencontre entre ma peinture et sa photographie) réalisés en commun.p1030222

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tondi

Sur contre-collé préparé, format 60×50, ces tondi sont traités à l’encre ou à la sanguine (technique mixte). Ils s’inspirent pour la plupart de paysages indiens…

P1020921P1020920P1020916

P1020917P1020918P1020919

Cortège du double

Yves Jousse peint. Avec acharnement, par nécessité vitale, comme d’autres écrivent. Chez lui, les toiles s’accumulent. Ou, au contraire, disparaissent, englouties sous le raz-de-marée d’une inspiration nouvelle en manque urgent d’espace où s’exprimer.

De ce qui demeure, j’ai souvenir de séries minimales, étranges et belles études picturales de la ponctuation d’un texte de Roland Barthes. Souvenir encore de ces séries, obsédantes, sur le triangle, aériennes, presque diaphanes, ou au contraire massives et diffusant l’obscur.

Tout Jousse est là, peut-être, qui peut jouer sur le presque rien et sur l’abondance. Sur le noir et sur le blanc, bien sûr -et ce fut là le début d’une étroite complicité que la toile aussi accueillit: la rencontre, le rapprochement, l’affrontement de sa peinture et de ma photographie.

Il faudrait dire encore dans cette oeuvre le balancement entre le conceptuel et le charnel, le goût de l’abstraction et celui du réel, du plein et du vide, de l’inachevé et du parfait…

La synthèse me semble faite aujourd’hui de ces attirances toujours duelles, souvent opposées, et dont les regrets même -les repentirs- peuvent se retrouver dans la toile: les derniers travaux d’Yves Jousse en témoignent, comme un superbe et troublant cortège du double.

Jean-Michel Le Claire.

(Ce texte a été écrit en 1990 pour accompagner une belle exposition d’Yves Jousse, à la Gacilly, organisée par l’association Artus.Il me semble toujours d’actualité. JMLC)

Paysages

10-2013-C. 110x75 (marge comprise)

10-2013-C. 110×75 (marge comprise)

10-2013-e

10-2013-e

10-2013-f

10-2013-a

10-2013-a

10-2013-d

10-2013-d

Hermès

P1010473P1010637 (2)P1010641 (3)

Filiations

009 (2)

P1010640 (2)P1010639 (2)P1010638 (2)